Tampakan Philippines

Le village Tampakan
La mine de cuivre de Tampakan, dont 62.5% des actions appartiennent à Xstrata, est considérée comme le plus gros des gisements récemment découverts de cuivre et d’or. Depuis 2006, Xstrata et la compagnie australienne Indophil essaient d’accélérer la mise en route de l’extraction du cuivre. Selon toutes les prévisions, celle-ci devrait commencer en 2014. Mais de plus en plus de doutes sont exprimés au sujet de ce projet. La mine se trouve dans une région politiquement très agitée, contrôlée par des séparatistes musulmans. Elle a déjà été attaquée une fois par le groupe armé NPA (National People's Army). Ce dernier s’insurge contre le fait que leur environnement sera perturbé par les activités de la mine et que les ressources minérales du pays seront bradées à des entreprises étrangères.
Renforcer la présence militaire
La réponse du régime philippin sera d’envoyer des troupes dans la région pour protéger les mines. Le gouvernement souhaite que les sociétés minières restent dans le pays et paient des impôts. Depuis 2005, les Philippines autorisent l’exploitation des ressources minières du pays par des compagnies étrangères. Mais la présence de l’armée autour de ces mines provoque de plus en plus de violations des droits de l’homme envers les populations locales. Déjà en 2003, le Groupe de travail des Nations Unies sur les populations autochtones déclarait que la militarisation croissante des régions autochtones amenait une augmentation des violations des droits de l’homme.
Recrutement de groupes paramilitaires
Les travailleurs de Tampakan
Pour renforcer le nombre de troupes, des habitants de la région sont recrutés pour la protection des mines. Ces personnes reçoivent une formation quasi paramilitaire et sont armés en conséquence. Xstrata se prononce en faveur de cette tactique du régime philippin, sous prétexte qu’il devrait de toute façon en faire plus pour protéger les mines des agressions.
Problèmes d’environnement
L’aspect écologique n’est pas à négliger : les mines seront probablement exploitées à ciel ouvert, libérant ainsi de grandes quantités d’arsenic.
Expulsions et violations des droits de l’homme
Le Diocèse de Marbel ne cesse d’exprimer son opposition à la mine projetée sur l’île de Mindanao. Il existe de nombreux exemples de catastrophes écologiques provoquées par les mines aux Philippines. Et l’on constate aussi toujours de graves violations des droits de l’homme en relation avec les expulsions de groupes de population autochtone. Le diocèse somme donc le gouvernement de s’engager pour la lutte contre la misère plutôt que pour le bradage des terres arables et de l’eau.
Nouvelles de Tampakan
07/07/2010 : Le projet d’exploitation minière de Tampakan compromis
29/6/2009 : Xstrata effectue deuxième étude de faisabilité pour les Philippines
6/4/2009 : Nouvelles contestations contre la mine de Tampakan aux Philippines
20/3/2009 : Encore un activiste anti-mines assassiné aux Philippines
16/2/2009 : L’exploitation minière aux Philippines met en danger la production alimentaire
30/12/2008 : Activiste anti-mines philippin assassiné
19/5/2008 : Les villageois et villageoises doivent protéger la mine de Xstrata