MultiWatch - newsletter de février/mars 2014

Certain-e-s aiment notre travail, d'autres pas : Multiwatch a reçu le prix d'encouragement d'OeME, alors que Glencore Xstrata a menacé de déposer plainte si MultiWatch ne changeait pas le titre de son livre sur le géant des matières premières à paraître prochainement.

Plus d'informations à ce sujet ainsi que sur le travail de Multiwatch et les violations des droits humains commises par les multinationales suisses dans notre Newsletter de février/mars:


Inhaltsverzeichnis

2.3.2014: Le géant des matières premières Glencore Xstrata agit drastiquement contre la critique
Le groupe suisse Glencore Xstrata menace de déposer plainte contre l'organisation de défense des droits humains Multiwatch, si celle-ci refuse de modifier le titre de son livre sur le géant des matières premières à paraître prochainement. Multiwatch est indigné et soupçonne l'entreprise de vouloir obtenir une interdiction du livre. L'organisation de défense des droits humains critique le fait que l'une des plus grandes entreprises mondiales du secteur des matières premières étouffe la critique et ne veuille pas permettre un large débat public sur les conséquences négatives de son activité.
Vers le communiqué de presse de Multiwatch du 2.3.2014

3.4.2014 : Au Japon, Novartis mis au pilori pour des activités douteuses
Le géant pharmaceutique suisse Novartis est à nouveau mis au pilori en raison d'activités douteuses au Japon. Selon des enquêteurs, les employés du Groupe auraient entretenu des relations irrégulières de « copinage » avec les médecins japonais et détruit le preuves.
Il y a quelque temps, Novartis récoltait déjà de vives critiques en raison de l'implication de certains de ses employés dans des essais cliniques liés au traitement de la leucémie. Des investigations sont en outre en cours contre Novartis sur la base de soupçons de publicité trompeuse pour son médicament contre l'hypertension artérielle Diovan.
Lire l'entier de l'article dans le Wall Street Journal, 3.4.2013

27.3.2014 : Pérou – Grève de 48 heures dans une filiale de Glencore Xstrata
Le 24 mars 900 des 1200 travailleurs de la filiale Antapaccay de Glencore Xstrata ont cessé le travail durant 48 heures. Ils protestaient contre les violations répétées de leur contrat de travail collectif, contre l'absence de partage des bénéfices, contre les contrats à durée déterminée et le licenciement abusif de salariés qui avaient formé un syndicat pour le personnel technique et administratif.
Depuis 16 mois, date à laquelle la filiale Antapaccay est entrée en service en tant que projet d'expansion de Xstrata Tintaya, les travailleurs se plaignent de la détérioration des conditions de travail.
Labour conflicts deepen at Glencore Xstrata subsidiary (IndustriAll, 25.3.2014)
Trabajadores de Antapaccay inician huelga (Mining Press Perú, 25.3.2014)
Direkter Download - Achtung Link öffnet sich in einem neuen Fenster (Communiqué de presse du syndicat (24.3.2014) - document, 45 KB)   Communiqué de presse du syndicat (24.3.2014) (45 KB)

13.3.2014 : Licenciements abusifs chez Glencore Xstrata Antapaccay
Le ministère du Travail a déclaré illégal le licenciement de 35 travailleurs de Glencore Xstrata Antapaccay, le 30 Novembre 2013. L'entreprise doit régler l'affaire jusqu'à fin mars, faute de quoi elle sera condamnée à une amende. Les travailleurs de Antapaccay ont également déposé une plainte auprès de l'OIT.
Trabajo multó con 70 mil soles a minera Antapaccay por prácticas antisindicales (La República, 13.3.2013)
Cusco: afirman que despido de trabajadores fue arbitrario en minera (RPP, 12.3.2014)
Trabajadores despedidos por Glencore Xstrata que decidieron sindicalizarse, fueron sujetos de discriminación laboral (Derechos Humanos Sin Fronteras, 12.3.2014)
Direkter Download - Achtung Link öffnet sich in einem neuen Fenster (Rapport du ministère du travail (3.3.2014) - document, 1.3 MB)   Rapport du ministère du travail (3.3.2014) (1.3 MB)

12.3.2014 : Un juge rejette la plainte déposée contre un maire péruvien
Le 11 Mars 2014 à Ica (Pérou) commençait le procès du maire d'Espinar Óscar Mollohuanca et d'autres citoyens d' Espinar, accusés par l'Etat de plusieurs infractions en lien avec les émeutes de mai 2012.
Le juge a décidé de ne pas entrer en matière sur la plainte, expliquant que les preuves amenées par le ministère public étaient inconsistantes et ne suffiraient pas à la poursuite de la procédure. Le ministère public a maintenant 10 jours pour formuler un nouvel acte d'accusation. La suite de la procédure se décidera donc dans la cadre de la prochaine audience, qui doit avoir lieu le 29 Avril 2014.
Entier de l'article (Cooperaccion.ord.pe, 12.3.2013)

Toutes les actualités
Actualités

Pétitions en ligne
« No dirty gold ! » - Pétition en ligne de la Société pour les peuples menacés (SPM)
Pétition contre Nestlé : Stop à l'exploitation de l'eau au Pakistan ! (Watchdog.net)

Documentaires, reportages et études actuelles

Le paradis fiscal et des matières premières suisse saigne les pays pauvres

Article de Kurt Marti (Info Sperber, 02/08/2014) en référence à l'étude du Center for Global Development

Dans une étude sur les flux de capitaux illicites, le "Center for Global Development" critique sévèrement l'important centre mondial de négoce de matières premières qu'est la Suisse. Le centre londonien, qui veut combattre la "pauvreté et les inégalités à travers la recherche rigoureuse et l'engagement actif», conclut que les pays en développement perdent au moins 8 milliards de dollars par an, en raison de l'évasion fiscale en Suisse de grands groupes internationaux actifs dans le domaine des matières premières. En comparaison, l'ensemble de l'aide suisse au développement se monte à environ 3 milliards de dollars.
Article et étude

«The responsibility of the gold refineries in human rights violation and illegal activities in Peru» (La responsabilité des raffineries d'or dans les violations des droits humains et les activités illégales au Pérou)

Rapport de la Société pour les peuples menacés (mars 2014)

A l'occasion de l'ouverture de Baselworld, la plus grande « messe » mondiale de montres et bijoux, la Société pour les peuples menacés (SPM) a publié un rapport sur le rôle des raffineries d'or suisses dans le traitement de l'or du Pérou. A l'aide de listes détaillées des exportations, la Société pour les peuples menacés montre la quantité d'or que les raffineries suisses ont acheté, et à quels producteurs péruviens elles l'ont acheté. Environ la moitié de l'or du Pérou est traitée en Suisse - dans une large mesure issu de producteurs problématiques: L'extraction de l'or entraîne en effet des violations des droits humains et la pollution de l'environnement. La SPM appelle à une diligence approfondie de la part des raffineries et des fabricants de montres et bijoux: l' « or sale » ne doit à l'avenir plus être importé et traité en Suisse.
Communiqué de presse du 26.4 de la Société pour les peuples menacés

Film Documentaire «970» de Victoria Solano

Documentaire colombien sur le pouvoir de l'industrie agroalimentaire sur les semences

La reproduction, l'échange, le stockage ou la vente de semences non certifiées est devenue illégale en Colombie depuis le règlement 970 de 2010. Celui qui contrevient à cette réglementation est soumis à de lourdes amendes ou peut même se retrouver en prison. En Colombie, cette réalité n'est toutefois que peu connue. Ce n'est que depuis que le documentaire "970", qui a circulé sur Internat l'année dernière au moment des mobilisations paysannes massives, que la question a atteint l'attention du public. Ce film montre notamment que la Colombie est un marché important pour Monsanto, Dupont et Syngenta.
Lien vers le documentaire
Activistes colombiens sur la thématique des semences en Europe (portail America21.de, 04/03/2013)

En la ruta del carbón (Sur la route du charbon)

Reportage d' El Espectador, 15.2.2014

La Colombie est le plus grand producteur de charbon d'Amérique latine et le dixième dans le monde. Les plus grandes réserves de charbon sont situées dans les départements de la Guajira et du César, dans le nord du pays. Il y a trente ans, lorsque la production de charbon à grande échelle a commencé, la vie des habitants de ces deux départements a commencé à changer. Sous la forme d'un carnet de Voyage, ce reportage invite à vivre au côté des personnes concernées l'impact de l'arrivée de cette industrie extractive.
Vers le reportage