Paris demande à LafargeHolcim de «bien réfléchir» avant d’aller construire le mur de Donald Trump

L’entreprise suisse qui a récemment reconnu avoir passé des «arrangements inacceptables» avec l’Etat islamique en Syrie est prise à partie par le ministre français des Affaires étrangères


Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a appelé jeudi le groupe suisse LafargeHolcim à «bien réfléchir», avant de vendre son ciment pour le mur anticlandestins promis par le président américain Donald Trump.

Ce projet destiné à compléter la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, évalué à plusieurs dizaines de milliards de dollars, est au centre d’une crise diplomatique entre Mexico et Washington et suscite des critiques à travers le monde.
Tour l'article (Le Temps, 9.3.2017)

Zurück